La possibilité pour les femmes de choisir le nombre d'enfants elles souhaitent et le moment où elles veulent les avoir - le cas échéant - est un droit humain. Il est essentiel à l'autonomisation des femmes, à la réduction de la pauvreté et à la réalisation un développement durable. Actuellement, 214 millions de femmes qui souhaitent éviter une grossesse ont un besoin non satisfait de planification familiale. Rendre les méthodes contraceptives sûres et efficaces accessibles à un plus grand nombre de femmes se traduira par moins de grossesses non désirées, moins de femmes et de filles mourant pendant la grossesse et l'accouchement - y compris des avortements à risque - et moins de décès de nouveau-nés.

La FIGO s'efforce d'améliorer l'accès à des soins et à des conseils en matière de contraception fondés sur les droits.

Depuis 2013, nous avons établi un partenariat avec plusieurs de nos Sociétés nationales membres pour institutionnaliser les services de planification familiale post-partum dans les soins de maternité de routine. Les sages-femmes, les agents de santé, les médecins et le personnel de l'unité d'accouchement sont formés au conseil en matière de contraception pour aider chaque femme à choisir une méthode qui répond à ses besoins individuels.