Environ 830 femmes meurent tous les jours en raison de complications évitables liées à la grossesse et à l’accouchement, telles que la pré-éclampsie, la septicémie et l’hémorragie post-partum.

Quasiment tous les décès maternels ont lieu à des endroits où les femmes n’ont pas accès à des soins prénataux pendant la grossesse, à des soins qualifiés pendant l’accouchement et à des soins et un accompagnement dans les semaines qui suivent l’accouchement. Le risque est supérieur chez les adolescentes âgées de moins de 15 ans, ainsi que chez les femmes habitant dans des communautés rurales ou pauvres.

Entre 1990 et 2015, les efforts internationaux ont permis de réduire le taux de mortalité maternelle de 44 % dans le monde entier. Il s’agit d’une grande réussite, mais il reste encore un long chemin à parcourir.
La FIGO s’engage à garantir que les besoins en matière de santé des femmes pendant la grossesse, l’accouchement et la période post-partum sont satisfaits.

D’une nouvelle définition de ce que l’on entend par « professionnels de santé qualifiés fournissant des soins pendant l’accouchement » aux recommandations pour les besoins en personnel et à la lutte contre la pré-éclampsie et contre l’épidémie mondiale de césariennes, la Figo estime que le travail en partenariat des gynécologues et obstétriciens avec les sages-femmes, les infirmières et d’autres prestataires de services est la meilleure manière d’améliorer l’état de santé de toutes les femmes.

Nos projets luttent contre certaines des causes profondes de la morbidité et la mortalité maternelle, notamment par la réalisation de progrès vers une bonne santé reproductive et sexuelle (et le respect des droits connexes). En tant que membre du comité du Partnership for Maternal, Newborn & Child Health (PMNCH) ayant un engagement à l’initiative « Every Woman Every Child » des Nations Unies, nous partageons les meilleures pratiques et entreprenons des actions de plaidoyer pour réduire la mortalité maternelle.