Contraception: la clé pour atteindre les ODD d'ici 2030

Briefing médias - FIGO 2018 - La contraception: la clé pour atteindre les ODD 2030 Londres, 20 septembre

Actuellement, dans les pays à faible revenu, 885 millions de femmes en âge de procréer veulent éviter une grossesse. Vingt-trois millions de filles âgées de 15 à 19 ans dans les régions en développement ont un besoin non satisfait de contraception moderne et chaque année, environ 21 millions de filles âgées de 15 à 19 ans et 2 millions de filles de moins de 15 ans tombent enceintes.

Il est donc peu probable que chacune de ces filles achève ses études, ce qui la rend plus difficile à trouver du travail, la rendant plus dépendante et souvent plus vulnérable à la violence et aux abus sexuels; avoir un impact sur sa santé et son bien-être pour le reste de sa vie.

«Dans le monde, 214 millions de femmes ont un besoin non satisfait de contraception. Cela signale un décalage entre le désir d'une femme de planifier ses grossesses et sa capacité à le faire. Un besoin non satisfait peut entraîner un espacement des naissances plus court, ce qui a un impact négatif sur la santé maternelle et néonatale, et peut exercer une pression économique supplémentaire sur une famille, perpétuant ainsi le cycle de la pauvreté ». Dr Anita Makins, directrice adjointe, Initiative PPIUD, FIGO

«Lorsque les grossesses sont planifiées et espacées à l'aide de contraceptifs modernes, le risque de mortalité maternelle diminuera, comme en témoignent les résultats positifs de l'objectif 5 du Millénaire pour le développement lorsque le taux de mortalité maternelle a été réduit de près de moitié par rapport aux niveaux de 1990, et la majeure partie de la réduction s'est produite après 2000 ”. Dr Faysal El-Kak, Conseil exécutif FIGO, Liban.

Le mois prochain, le Congrès mondial de la FIGO à Rio de Janiero, au Brésil , facilitera des discussions vitales autour de cet important domaine, notamment:

  • Séances de groupe d'experts du secteur intitulées «Besoins non satisfaits - le défi mondial» et «Contraception: la clé pour atteindre les ODD d'ici 2030»
  • Fédération Africaine d'Obstétrique et Gynécologie (AFOG) présentant «Les services de santé sexuelle et reproductive en Afrique: le passé, le présent et l'avenir»
  • Présentation de l'OMS sur «Améliorer la qualité des soins pour la santé maternelle et néonatale - mesurer l'expérience des femmes»
  • Présentation de l'Institut Guttmacher sur «Accélérer les progrès: santé et droits sexuels et reproductifs pour tous» .

L'accès aux contraceptifs modernes sauve des vies - ils sont essentiels au développement de tous.

Les investissements à long terme dans la santé sexuelle et génésique des filles et des femmes peuvent leur permettre de faire des choix de vie importants tels que le moment où ils se marient, quand ils commencent une activité sexuelle, et combien d'enfants ils ont et quand.

«La planification familiale sauve des vies et plus encore dans les pays à faible revenu où les besoins contraceptifs sont énormes et où les taux de prévalence contraceptive sont faibles, ce qui a un impact négatif sur les taux de mortalité et de morbidité maternelles et infantiles. C'est dans ces pays où les conditions sont désastreuses que les efforts et les ressources doivent être canalisés ». Dr Faysal El-Kak, Conseil exécutif FIGO, Liban.

Priver les femmes d'un choix contraceptif peut donc avoir un impact négatif sur leur avenir. Reconnaissant cela, en 2015, les 193 membres des Nations Unies se sont engagés à atteindre un ensemble de 17 objectifs mondiaux ambitieux de développement durable (ODD) , dont deux directement liés à la santé sexuelle et génésique.

«Le genre et l'autonomisation des femmes sont essentiels pour atteindre les 17 objectifs ambitieux des ODD. L’objectif 5 est fondamental à cet égard. L'égalité des sexes, l'éducation, les soins de santé et la garantie de la santé et des droits sexuels et reproductifs contribuent tous à élever le statut des femmes ». Dr Faysal El-Kak, Conseil exécutif FIGO, Liban.

Fin

À propos du Congrès mondial FIGO 2018, Rio de Janiero

En octobre, plus de 10 000 professionnels de la santé; Les obstétriciens et gynécologues des 130 sociétés membres nationales de la FIGO ainsi que les sages-femmes, les infirmières, les médecins généralistes et autres spécialistes travaillant dans le domaine de la santé des femmes et les décideurs politiques, les ONG, l'OMS et les organisations des Nations Unies se réuniront à Rio pour le FIGO World Congress 2018.

Le Congrès mondial de la FIGO facilitera des discussions vitales autour de cet important domaine, notamment une table ronde d'experts du secteur intitulée `` La contraception: la clé pour atteindre les ODD d'ici 2030 '' , la Fédération africaine d'obstétrique et de gynécologie (AFOG) présentant `` Les services de santé sexuelle et reproductive en Afrique: le passé, le présent et l'avenir '' , OMS présentant `` Améliorer la qualité des soins pour la santé maternelle et néonatale - mesurer les expériences des femmes '' et Guttmacher Institute présentant `` Accélérer les progrès: santé sexuelle et reproductive et droits pour tous '' .

À propos de FIGO

FIGO est une organisation professionnelle qui regroupe des associations d'obstétrique et de gynécologie du monde entier.

La vision de la FIGO est que les femmes du monde atteignent les normes les plus élevées possibles de santé et de bien-être physique, mental, reproductif et sexuel tout au long de leur vie, nous menons des activités de programme mondiales, avec un accent particulier sur l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud-Est.

La FIGO plaide à l'échelle mondiale, en particulier en ce qui concerne les objectifs de développement durable (ODD) relatifs à la santé génésique, maternelle, néonatale, infantile et adolescente et aux maladies non transmissibles (ODD3). Nous travaillons également pour élever le statut des femmes et permettre à leur participation active de réaliser leurs droits reproductifs et sexuels, y compris la lutte contre les MGF et la violence basée sur le genre (ODD5).

Nous assurons également l'éducation et la formation de nos sociétés membres et renforçons les capacités de ceux des pays à faibles ressources en renforçant le leadership, les bonnes pratiques et la promotion des dialogues politiques.

Nous entretenons des relations officielles avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et un statut consultatif auprès des Nations Unies (ONU).

Contact

Jennifer Crago
Directeur des communications et du plaidoyer

07383025731