Décès maternels réduits de moitié depuis 1994

Selon le Fonds des Nations Unies pour la population, le taux mondial de mortalité maternelle a "presque diminué de moitié" depuis la Conférence internationale du Caire de 1994 sur la population et le développement (CIPD). Le directeur exécutif de l'organisation, le Dr Babatunde Osotimehin, a noté que l'accès à la planification familiale s'était également amélioré au cours des années depuis la conférence historique, tout comme la participation des femmes à la "vie politique, économique et culturelle".

"L'ICPD ... ne consiste pas à célébrer l'histoire, il s'agit de la faire",

Ses remarques ont été faites lors d'un discours à la Conférence internationale de la CIPD sur les droits de l'homme, qui s'est tenue aux Pays-Bas cette semaine.

La CIPD vise à réaliser l'accès universel à la santé sexuelle et reproductive. Le Dr Osotimehin a averti que de nombreux obstacles doivent encore être surmontés avant d'atteindre cet objectif. Il a noté en particulier que la transmission du VIH est toujours criminalisée dans plus de 60 pays et que le mariage des enfants reste monnaie courante. Le Dr Osotimehin a également attiré l'attention sur la prévalence de l'avortement non médicalisé, affirmant qu'il représente environ 13% des décès maternels chaque année.