'Umbuntu: Je suis parce que nous sommes' - Les OBGYN d'Afrique orientale, centrale et australe se réunissent pour inspirer et être inspirés

Image
Anne-quote

En octobre 2022, la première communauté de pratique (COP) – un partenariat entre le Collège d'obstétrique et de gynécologie d'Afrique orientale, centrale et australe (ECSACOG) et le projet Advocating for Safe Abortion de la FIGO – a été organisée au Rwanda.

La COP est composée de champions de la santé sexuelle et reproductive de 10 sociétés nationales d'OBGYN – Éthiopie, Kenya, Rwanda, Soudan du Sud, Tanzanie, Ouganda, Zimbabwe, Zambie, Malawi et Mozambique – qui se sont réunis pour tirer parti de leur expertise clinique et de leurs ressources pour répondre à la l'ampleur de l'avortement à risque dans la région de l'Afrique orientale, centrale et australe.

Image
Group-ECSACOP

Le Dr Anne Kihara, présidente élue de la FIGO (photo en veste rouge) s'adresse aux représentants lors de la réunion de la COP sur la manière dont elle doit aborder les taux de mortalité maternelle évitables, l'accès à des soins d'avortement sécurisés et à la contraception en Afrique :

Passons un pacte - pas de petits pas, nous avons besoin d'un changement catalytique et transformateur pour l'Afrique.

Image
Bellington - ecsacog

 

Le partenariat entre l'ECSACOG et la FIGO est une relation visant à créer une dynamique importante pour lutter contre les causes évitables de mortalité et de blessures maternelles dans notre région africaine.

Les OBGYN et les professionnels de la santé sont depuis longtemps à l'avant-garde de la lutte contre la mortalité et les blessures maternelles évitables, nous l'avons fait en partageant nos idées et nos preuves de première main pour démontrer que ce problème n'est pas seulement un problème de santé publique, mais une injustice sociale évitable, qui exige une attention urgente. Notre partenariat s'engage à favoriser des solutions innovantes, à amplifier notre plaidoyer pour renforcer les systèmes de santé afin de mieux répondre aux besoins et aux droits des femmes et des filles, ce qui inclut leur droit d'accéder à des soins d'avortement sécurisés.

– Pr Bellington Vwalika, Secrétaire général, ECSACOG

Image
Dr Ngoga rwanda

 

Alors que les soins d'avortement sont légalement autorisés pour cinq conditions spécifiques au Rwanda, nos données sur les soins de santé démontrent que l'accès à des soins d'avortement sécurisés peut être amélioré grâce à la télémédecine et au partage des tâches, contribuant ainsi à la prévention des décès maternels et des blessures/incapacités résultant d'un avortement à risque.

– Dr Eugene Ngoga, Président, Société Rwandaise des Obstétriciens et Gynécologues

Image
Mekdes Feyssa

Le Dr Mekdes Feyssa, médecin de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et membre de l'ECSACOG, et le Dr Antonella Lavelanet, médecin de l'OMS, ont partagé les directives actualisées de l'OMS sur les soins d'avortement. Les participants à la COP ont discuté de la manière dont les recommandations de l'OMS pourraient être mises en œuvre dans leurs contextes nationaux. La formation des travailleurs de la santé est apparue comme un domaine d'amélioration commun aux sociétés membres.

Image
COP-article

La réunion de la COP a été une occasion fructueuse pour les dirigeants régionaux de la santé sexuelle et reproductive de partager leurs points de vue et leurs idées concernant l'avancement des services complets d'avortement (photo : Dr Swebby Macha, Zambie, Dr Eugene Ngoga, Rwanda, Dr John Muganda, Rwanda, Dr Guyo Jaldea, Kenya, Pr Bellington Vwalika, Zambie).

Image
South Sudan - COP

Le Dr Garang Dakur de l' Association des gynécologues et obstétriciens du Soudan du Sud (AGOSS) a expliqué les défis auxquels ils sont confrontés en tant que nouvelle société dans un pays avec l'un des taux de mortalité maternelle les plus élevés (789 pour 100 000 naissances vivantes) au monde. Il a souligné que les croyances culturelles constituaient un obstacle majeur à la fourniture de services de santé sexuelle et reproductive (Photo, de gauche à droite : Dr Garang Dakur et Dr Carolye Atieno).

Image
Uganda - COP

Le Dr Simon Peter Kayondo de l'Association des obstétriciens et gynécologues ougandais (AOGU) a partagé la nécessité de stratégies efficaces pour permettre aux systèmes de santé de mieux répondre à la pandémie évitable de décès dus à l'avortement à risque : "Vous ne pouvez pas continuer à nettoyer le sol si les robinets sont encore ouverts."

Image
Anne Kihara - South Sudan - Zambia

La COP a servi d'environnement inspirant pour partager des solutions et des ressources entre les 10 sociétés membres. Le Dr Anne Kihara, présidente élue de la FIGO, a partagé l'importance de mener une formation sur la clarification des valeurs et la transformation des attitudes (VCAT) pour influencer et changer les cœurs et les esprits des OBGYN et des agents de santé afin qu'ils puissent plaider en faveur de soins d'avortement sécurisés. Les membres de l' Association zambienne des gynécologues et obstétriciens (ZAGO) ont offert leur expertise dans l'utilisation des médias pour le plaidoyer pour l'avortement sécurisé et le Soudan du Sud a partagé la nécessité de mener un plaidoyer régional concernant le projet de loi sur la santé sexuelle et reproductive de la communauté d'Afrique de l'Est (2021). (Sur la photo, de gauche à droite : Dr Swebby Macha, Zambie, Dr Anne Kihara, Kenya, Dr Moses Maror, Soudan du Sud).