Le traitement ciblé du cancer du sein entraîne moins effets secondaires, selon la recherche

Un traitement de radiothérapie plus ciblé pour le cancer du sein offre une qualité de vie aussi bonne que la radiothérapie standard, selon des recherches menées à l'hôpital universitaire de Würzburg, en Allemagne.

Ce traitement utilise de petits tubes pour délivrer une dose plus élevée de radiothérapie directement sur le site de la tumeur sur une période de temps plus courte, ce qui s'est avéré auparavant plus efficace que le traitement de l'ensemble du sein. La technique permet également d'éviter plus facilement l'exposition aux rayonnements inutiles à d'autres parties du corps, comme le cœur et les poumons. Les chercheurs ont analysé plus de 600 femmes dans 16 hôpitaux à travers l'Europe qui ont toutes subi une intervention chirurgicale pour retirer une tumeur à un stade précoce. Environ la moitié des femmes ont reçu une radiothérapie du sein entier, tandis qu'un traitement d'irradiation partielle du sein accéléré a été administré à l'autre moitié. Ils ont constaté que la qualité de vie des femmes était également bonne dans les deux groupes et le restait au cours des cinq années. Cependant, les femmes qui ont reçu un traitement du sein entier ont signalé des symptômes plus graves de gonflement et de douleur mammaires, et des problèmes de peau du sein, surtout immédiatement après le traitement et trois mois plus tard. L'enflure et l'inconfort dans le bras étaient également pires chez les femmes recevant un traitement standard. Le Dr Rebekka Schäfer, clinicien au département de radio-oncologie de l'hôpital universitaire de Würzburg, estime qu'une radiothérapie plus ciblée serait une option préférable pour les patients qui auraient du mal à gérer un programme de traitement de six semaines. Ils peuvent avoir à parcourir un long chemin pour se rendre à l'hôpital, ou ils peuvent souhaiter retourner au travail dès que possible, alors ils pourraient préférer un traitement qui peut être effectué en une semaine ou moins », a-t-elle commenté. «De plus en plus de femmes survivent au cancer du sein de plus en plus longtemps, nous devons donc être sûrs que les traitements ne nuisent pas à leur qualité de vie à long terme.» Un suivi de dix ans des femmes dans l'essai sera effectué pour évaluer si la qualité de vie est restée bonne et pour voir s'il y a une différence dans la récidive du cancer entre les deux traitements. ADNFCR-2094-ID-801846327-ADNFCR