L'UNFPA «continue de combattre la fistule»

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) indique que plus de 12 000 femmes dans le monde ont reçu un traitement depuis le lancement de sa campagne pour mettre fin à la fistule en 2003. En outre, plus de 25 pays ont intégré la fistule dans les politiques et plans nationaux pertinents, et au moins 38 ont terminé une analyse de la situation de la prévention et du traitement, indique le rapport.

L'UNFPA a multiplié les tentatives de sensibilisation à cette maladie et aux risques qu'elle fait courir à de nombreuses femmes dans les pays en développement.

En octobre dernier, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, a présenté le tout premier rapport sur la fistule aux États membres, décrivant les efforts visant à mettre fin à la fistule obstétricale et à contribuer à la réalisation du cinquième objectif du Millénaire pour le développement visant à relever les normes de santé maternelle.

L'UNFPA déclare: "La dévastation de la fistule obstétricale affecte environ deux millions de femmes dans le monde en développement, avec environ 50 000 à 100 000 nouveaux cas se produisant chaque année. L'UNFPA vise à éliminer cette condition."

Plus tôt cette semaine, le Dr Hannah Krause, urogynécologue australien, a déclaré à Christian Today que le manque de sensibilisation du public aux fistules obstétricales dans le monde en développement est "une tragédie silencieuse". ADNFCR-2094-ID-19225129-ADNFCR