Combler les lacunes politiques pour les survivantes de violences sexuelles

L'avortement à risque continue de contribuer de manière significative à la mortalité et à la morbidité maternelles en Ouganda.

Image
Ouganda

Pour marquer les 16 jours d'activisme contre la violence sexiste, le Dr Kayondo Simon Peter, obstétricien et gynécologue, coordinateur de projet pour le projet FIGO Advocating for Safe Abortion à l' Association of Obstetricians and Gynecologists of Uganda (AOGU), souligne à quel point une lacune politique est refuser l'accès à un avortement sans risque pour les survivantes de violences sexuelles, ainsi que pour d'autres femmes.

En Ouganda, la prévalence de la violence sexiste est élevée. 60% des femmes en feront l'expérience au cours de leur vie. Elle est aggravée par les croyances culturelles et sociétales néfastes sur la «place de la femme».

Malheureusement, en Ouganda, les survivantes de violences basées sur le genre ne peuvent pas accéder librement à une interruption de grossesse sans risque, si tel est leur choix. En conséquence, ils peuvent recourir à des méthodes dangereuses, pouvant entraîner la mort ou des complications.

Plus de la moitié de toutes les grossesses en Ouganda sont non désirées et près d'un tiers des grossesses non désirées se terminent par un avortement provoqué.

Le ministère ougandais de la Santé estime que les causes liées à l'avortement représentent 26% de la mortalité maternelle . Cela se traduit par environ 4 femmes qui meurent chaque jour de complications liées à un avortement à risque, et pour chaque décès maternel, six autres femmes souffrent d'une morbidité sévère. Dr Kiggundu Charles, consultant principal en obstétrique et gynécologue, Ouganda.

Les défis juridiques entravent la fourniture d'avortements sans risques aux survivantes

La loi ougandaise sur l'avortement est restrictive, n'autorisant l'interruption de grossesse que dans un nombre limité de circonstances. La Constitution ougandaise, à l'article 22, point 2, stipule: "Nul n'a le droit de mettre fin à la vie d'un enfant à naître, sauf si la loi l'autorise ."

Cependant, ce qui est autorisé par la loi reste mal compris. Une des principales causes de ce manque de compréhension est le manque de politiques et de lignes directrices essentielles au fonctionnement de la loi.

Les normes et lignes directrices sur les services de santé sexuelle et génésique (2017) étaient censées donner des indications sur les catégories dans lesquelles des avortements sans risque peuvent être proposés légalement. Leur lancement déjà attendu depuis longtemps était très attendu en 2018, mais a été interrompu à la dernière minute , en raison de désaccords sur l'âge auquel les jeunes pouvaient se voir proposer une contraception - soit à l'âge de la procréation (15-49) ou à l'âge du consentement (18 et au dessus de).

Une autre directive habilitante, les Normes et directives du Ministère de la santé pour la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelles dues à l'avortement à risque en Ouganda , publiée en juin 2015, qui énumérait clairement les circonstances dans lesquelles une femme pouvait se voir proposer un avortement sans risque, y compris le viol, la souillure et l'inceste, a également été retiré plus tard.

Les directives politiques précédentes, The Sexual and Reproductive Health Service Standards and Guidelines 2012, prescrivaient d'offrir une interruption de grossesse sans risque aux victimes de viol, de souillure et d'inceste, en consultation avec des avocats. Cependant, ces directives sont désormais obsolètes et ne sont donc pas utilisables.

En conséquence, il existe une lacune politique, qui laisse l'accès à l'avortement sécurisé pour les survivantes de violences sexuelles, ainsi que pour d'autres femmes en lambeaux.

Un appel à des politiques d'orientation claires

En tant qu'obstétricien et gynécologue travaillant en Ouganda, j'ai pu constater de visu le préjudice causé par le manque actuel de clarté sur l'accès à un avortement sécurisé pour les survivantes de violences sexuelles et sexistes.

Avec une loi déroutante et en l'absence de politiques d'orientation claires, les agents de santé ont peur d'offrir des services d'avortement sans risque, même s'ils reconnaissent leur nécessité dans les circonstances. Cela s'explique par les sanctions sévères, y compris de longues peines de prison, prescrites en violation du droit pénal relatif à l'avortement.

La peur est si profondément ancrée chez certains prestataires de services de santé, que certains hésitent à fournir même des soins après avortement, ce qui est tout à fait légal, car il y a eu des cas où des agents de santé ont été arrêtés par erreur pour avoir fourni ces services, étant présumés fournir avortements.

L'Association des obstétriciens et gynécologues de l'Ouganda (AOGU) appelle donc le gouvernement ougandais à:

  • Accélérer l'adoption des politiques et des lignes directrices directrices,
  • Fonctionnaliser l'article 22 de la constitution,
  • Donner des conseils et de la confiance aux agents de santé offrant des services d'avortement sûr et de soins post-avortement en clarifiant la loi,
  • Accroître l'accès aux services d'avortement sécurisé pour les survivantes de violences sexuelles basées sur le genre et pour toutes les femmes.

Ces recommandations réduiront considérablement la mortalité et la morbidité maternelles attribuables aux complications de l'avortement à risque.

En savoir plus sur le projet Advocating for Safe Abortion de la FIGO.