Congrès régional de Kigali de la FIGO Afrique: un tour d'horizon

Image
FIGO Kigali Spotlight

La soirée du 15 décembre a marqué la fin de notre tout premier congrès hybride. En collaboration avec la Fédération africaine des obstétriciens et gynécologues (AFOG) et la Société rwandaise des obstétriciens et gynécologues (RSOG), nous avons organisé notre Congrès régional de Kigali FIGO Afrique, événement virtuel avec un hub à Kigali, pour ceux qui vivent localement pour y assister, avec des inscrits capables de participer pratiquement de n'importe où dans le monde.

Pendant deux jours et demi du 13 au 15 décembre, le Congrès a réuni plus de 1 100 professionnels de santé et spécialistes des domaines de la gynécologie, de l'obstétrique et de la santé des femmes de 74 pays.

Au cours de 30 sessions à la demande et de 24 sessions en direct, y compris deux débats et quatre présentations principales, plus de 200 orateurs ont participé avec des invités à des discussions qui contribueront à façonner la politique nationale, régionale et mondiale.

Cérémonie d'ouverture - des débuts inspirants

Nous avons lancé cet événement historique par une cérémonie d'ouverture le dimanche 13 décembre, au cours de laquelle nous avons entendu la Première Dame du Rwanda, Son Excellence Mme Jeannette Kagame, qui a ouvert le Congrès par une allocution inspirante. Sa dernière citation (et une philosophie qui anime une grande partie du travail de FIGO): «Aucune femme ne devrait mourir en donnant la vie. Nous avons également eu la chance d'entendre le Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, le Dr Tedros Ghebreyesus, parler de l'importance de la collaboration entre la FIGO et l'OMS, ainsi que d'autres experts de premier plan.

Image
FIGO Kigali 2020 band

Premier jour - L'Afrique se lève

Le programme de lundi comprenait des présentations liminaires de l'ancien président de la République-Unie de Tanzanie, le Dr Jakaya Kikwete, Responsabilité pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents: reconstruire en mieux pour l'Afrique , et du professeur Senait Fisseha, Conseiller en chef du Directeur général de l'OMS, sur L'Afrique en plein essor: un avenir équitable commence avec la SDSR pour tous. Nous avons également apprécié les discussions de nos équipes de projet, un certain nombre de nos comités ont présenté les recherches les plus récentes dans leurs domaines respectifs, et nous avons entendu des témoignages de l'équipe de l'Initiative sur la grossesse, l'obésité et la nutrition (PONI) sur la nutrition pendant la grossesse, et des mises à jour de le Collège royal des obstétriciens et gynécologues (RCOG).

Image
FIGO Kigali 2020 discussions

Deuxième jour - contester le statu quo

Le programme de l'événement de mardi a commencé par une présentation liminaire du président de la Fédération francophone de gynécologie-obstétrique (FeFOG), le professeur Cheikh Cissé sur la santé maternelle et les épidémies. C'était suivi de discussions sur des sujets tels que la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), l'infertilité, la chirurgie d'accès minimal, ainsi qu'une autre présentation liminaire sur Remettre en question le statu quo pour atteindre la grandeur en tant que femmes dans le leadership en santé mondiale par le professeur Agnes Binagwaho. Tu peux lire une ventilation complète des sessions sur le site FIGO Kigali .

Image
FIGO Kigali 2020 panel discussion

Commentaires de certains de nos délégués

«Assister à cette conférence virtuelle me semblait très réel. J'ai aimé naviguer de pièce en pièce.»

"Ma participation à cette conférence m'a donné l'espoir que nous pourrons réduire le TMM en Afrique si nous continuons à travailler dur malgré nos ressources limitées. ENSEMBLE NOUS LE POUVONS."

"Des sessions très intéressantes. Une réflexion. Il reste beaucoup à faire dans nos différents pays. L'intervention du gouvernement sera vraiment très utile. Mais même sans cela, nous pouvons aussi commencer à allumer les bougies de nos propres petits coins."

Nos remerciements

Nous tenons à exprimer notre plus sincère gratitude à tous ceux qui ont fait en sorte qu’un événement aussi marquant se produise malgré tant de défis. Et nous remercions également nos orateurs d'avoir présenté toute une série de discussions incroyables et d'avoir facilité des discussions qui finiront par aider les femmes du monde entier à atteindre les normes les plus élevées possibles en matière de santé sexuelle et reproductive. Enfin, nous tenons à remercier nos participants pour leur soutien continu et pour leur contribution à la réalisation de l'événement.

Nous remercions en particulier le Comité d'Organisation du Congrès, le Comité d'Organisation Local, nos sponsors et exposants, ainsi que les organisations partenaires suivantes, qui ont livré le programme scientifique avec nous:

  • Alliance des dirigeants africains contre le paludisme
  • Organisation mondiale de la santé (Bureau international et régional pour l'Afrique)
  • Collège royal des obstétriciens et gynécologues
  • Fédération internationale de gynécologie pédiatrique et adolescente
  • Collège américain des obstétriciens et gynécologues
  • Programme Johns Hopkins pour l'éducation internationale en gynécologie et obstétrique
  • Coalition internationale pour la santé des femmes
  • Fédération francophone de gynécologie-obstétrique
  • Projet orchidée
  • Université de l'équité en santé mondiale
  • Association mondiale des stagiaires en obstétrique et gynécologie
  • Fondation Bill et Melinda Gates
  • Ipas
  • Panel de responsabilité indépendant
  • Société sud-africaine des obstétriciens et gynécologues
  • KIT Institut tropical royal
  • Association rwandaise des sages-femmes
  • Fédération mondiale des sociétés d'anesthésiologistes
  • L'Institut Africain des Politiques de Développement
  • Initiative mondiale pour l'éradication des maladies Rh
  • Projet de santé mentale périnatale
  • Fédération internationale des sociétés de fertilité
  • Comité international de surveillance des technologies de procréation assistée
  • The Wide Initiative for Rh Diseas Eradicationa) African Network and Registry for Assisted Reproductive Technology
  • Fédération africaine des sociétés de fertilité
  • Centre de santé maternelle et néonatale, Liverpool School of Tropical Medicine
  • Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP)
  • Fondation Susan Thompson Buffet
  • Ministère de la Santé du Rwanda
  • Gouvernement du Rwanda
  • Journal international de gynécologie et d'obstétrique

Auteurs: Jess Sutton, coordonnatrice principale des communications, Nika Kurent, directrice principale des conférences