Plans action pour toutes les femmes

Dans la région Amérique latine, la plupart des pays ont un cadre juridique qui autorise interruption de grossesse que si la vie une femme est en danger.

Image
Marina blog

Les médecins sont souvent incertains de la portée de la loi et ont donc peur d'agir dans de nombreuses situations. De plus, les femmes ont peu accès à un avortement sécurisé, même dans les cas où leur état de santé justifie une interruption légale. Dans les deux cas, cela est principalement dû au manque de connaissance des lois du pays sur l'avortement et des protocoles et directives approuvés par les ministères de la santé.

La semaine dernière, l'atelier de finalisation de l'évaluation des besoins et de planification de la phase II de la réunion du projet FIGO sur l'avortement sécurisé a eu lieu pour évaluer les résultats de la phase 1 de l'évaluation des besoins dans dix pays membres participants. Les participants venaient du Cameroun, de la Côte d'Ivoire, du Kenya, du Mozambique, du Panama, du Pérou, de l'Ouganda et de la Zambie, chaque pays fournissant au groupe des informations précieuses qui nous permettront de mettre en œuvre une stratégie de plaidoyer qui contribuera à améliorer l'accès et les soins.

À mon avis, les trois principaux résultats d'apprentissage de la réunion étaient:

  1. Pour plaider en faveur d'un meilleur accès à l'avortement sécurisé, la première étape consiste à accroître la connaissance de la loi et des directives parmi les membres de la société.
  2. Une stratégie de communication doit être conçue pour contribuer à dissiper la stigmatisation et la discrimination à la fois des femmes et des prestataires de soins.
  3. Pour que ce projet soit couronné de succès, de solides alliances avec des représentants du ministère de la Santé, des membres d'autres sociétés médicales, des ONG, des agences impliquées dans les travaux sur le sujet et la société civile doivent être formées et / ou renforcées si elles existent déjà.

Nous devons tous travailler ensemble vers le même objectif; car même si les sociétés ont une grande responsabilité en tant que leaders du changement, elles ne peuvent pas le faire seules.

Ma partie préférée de la réunion a été de faire connaissance ou de travailler à nouveau avec des collègues de deux continents: l'Afrique et l'Amérique centrale et du Sud. Des professionnels qui se sont engagés et désireux de travailler pour améliorer la santé des femmes et qui, pour la plupart, ont des défis très similaires à surmonter même s'ils viennent de cultures différentes. Il était intéressant de voir les résultats obtenus par l'évaluation très complète de KIT .

Image
Plans of action for all women

Ensemble, nous avons planifié la phase II du projet, en acceptant de nous concentrer sur le renforcement des capacités pour le plaidoyer. Les principaux changements que je m'attends à voir seraient:

  1. Acquérir une connaissance et une compréhension accrues du cadre juridique au sein de la communauté médicale et paramédicale.
  2. Plaidoyer pour une plus grande acceptation, moins de stigmatisation et de discrimination et une meilleure qualité des soins pour les femmes subissant un avortement.
  3. Sensibilisation accrue de la population générale aux droits sexuels et reproductifs des femmes.
  4. Les sociétés Ob-Gyn augmentent leurs capacités et développent un groupe de membres bien formés pour plaider en faveur d'un avortement sans risque dans les limites du cadre juridique de chaque pays.

J'espère que les plans d'action conçus par chaque pays participant à notre atelier contribueront à la réalisation du projet de base: accroître les capacités et permettre aux sociétés Ob-Gyn de mener des efforts de plaidoyer qui assureront la fourniture de services d'avortement sûr pour toutes les femmes.

Cette nouvelle a été apportée par:

Marina Padilla de Gil Conseiller régional pour le projet sur l'avortement sécurisé en Amérique latine Société salvadorienne d'obstétrique et de gynécologie, San Salvador Le Salvador