La FIGO écrit aux membres du Conseil national de la République slovaque

Le 3 novembre 2021, la présidente de la FIGO, le Dr Jeanne Conry, a écrit au nom de la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique (FIGO) pour exprimer notre profonde préoccupation concernant le projet de loi sur l'assistance aux femmes enceintes (Print 665, 31.08.2021) qui est actuellement en cours de discussion par le Parlement slovaque. La lettre est reproduite ici dans son intégralité.

Slovenskú verziu si môžete stiahnuť aj ako PDF v spodnej časti tejto stránky. La version slovaque peut également être téléchargée au format PDF au bas de cette page.

 

Distingués membres du Conseil national de la République slovaque,

Je vous écris au nom de la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique (FIGO) pour exprimer notre profonde préoccupation concernant le projet de loi sur l'assistance aux femmes enceintes (Print 665, 31.08.2021) 1 qui est actuellement discuté par le Parlement slovaque. Nous soutenons activement la position adoptée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les raisons évoquées dans cette lettre et vous demandons instamment de repenser les amendements.

L'avortement est un service médical essentiel et urgent – un service qui devrait être fourni conformément aux préférences des femmes et des filles, et avec la sécurité, l'intimité et la dignité au premier plan. Elle fait partie intégrante de la santé et des droits sexuels et reproductifs, de l'égalité des sexes, de la justice reproductive et de l'accès universel aux soins de santé. 2

Le projet de loi propose un certain nombre de mesures qui contredisent les normes médicales fondées sur des preuves et les meilleures pratiques pour fournir des soins d'avortement sans risque. Cela comprend l'extension proposée de la période d'attente obligatoire avant l'avortement, une interdiction de la soi-disant « publicité » de l'avortement, et une nouvelle exigence pour les femmes d'indiquer les raisons de leur décision de demander un avortement et de fournir d'autres informations personnelles lors de la demande se soucier. S'il est adopté, le projet de loi mettrait en péril la santé, la vie privée et la prise de décision des femmes, et saperait la fourniture de soins d'avortement opportuns et de qualité et d'informations factuelles sur l'avortement.

Comme l'OMS l'a clairement indiqué, « les lois, politiques et pratiques qui restreignent l'accès aux informations et aux services d'avortement peuvent dissuader les femmes de rechercher des soins et créer un « effet paralysant » (suppression des actions par crainte de représailles ou de sanctions) pour la fourniture de services juridiques sûrs. 3 L'OMS a souligné que les obstacles tels que l'exigence de périodes d'attente obligatoires ; censurer, retenir ou déformer intentionnellement des informations relatives à la santé ; interdire l'accès à l'information sur les services d'avortement légaux ou ne pas garantir la confidentialité et la vie privée contribuent à l'avortement à risque car ils « dissuadent les femmes de rechercher des soins et les prestataires de fournir des services au sein du système de santé formel ; provoquer un retard dans l'accès aux services, ce qui peut entraîner un refus de services en raison de limites de gestation pour des motifs juridiques ; créer des procédures administratives complexes et lourdes ; augmenter les coûts d'accès aux services d'avortement ; [et] limitent la disponibilité des services et leur répartition géographique équitable. 4 En tant que tel, l'OMS a recommandé que « les obstacles réglementaires, politiques et programmatiques qui entravent l'accès et la fourniture en temps opportun de soins d'avortement sécurisé devraient être supprimés ». 5

La fourniture d'un avortement médicalisé est un service de santé essentiel extrêmement urgent. Les périodes d'attente obligatoires retardent régulièrement l'accès des femmes aux soins d'avortement légaux et contribuent à ce que les femmes avortent plus tard dans la grossesse. 6 L'OMS a souligné que « les périodes d'attente obligatoires peuvent avoir pour effet de retarder les soins, ce qui peut compromettre la capacité des femmes à accéder à des services d'avortement sûrs et légaux ». 7 L'OMS a également reconnu que les périodes d'attente obligatoires « rabaissent les femmes en tant que décideurs compétents » et a précisé que les périodes d'attente médicalement inutiles devraient être éliminées pour « garantir que les soins d'avortement sont dispensés d'une manière qui respecte les femmes en tant que décideurs ». 8

L'OMS a également souligné l'importance de garantir l'accès à des informations factuelles et médicalement exactes sur l'avortement et les droits à des soins d'avortement légaux. 9 Il a souligné que « la censure, retenue à la source ou délibérément mensongères sur les services d'avortement peut entraîner un manque d'accès à des services ou des retards, ce qui risque de santé augmentent pour les femmes. » 10 L'interdiction proposée de ce qu'on appelle la « publicité » de l' avortement limiterait la capacité des professionnels de la santé à fournir des informations factuelles sur les soins d'avortement et sur comment et où accéder à des services d'avortement légaux, ce qui pourrait entraver l'accès des femmes à ces services et compromettre leur santé.

Les avortements sans risque devraient être facilement accessibles et abordables pour tous ceux qui en ont besoin. Les avortements qui suivent les directives de l'OMS et utilisent les méthodes recommandées adaptées à la durée de la grossesse sont sans danger. 11

Les États doivent s'abstenir d'adopter des lois ou des politiques qui pourraient conduire à des restrictions sur l'accès à des soins d'avortement sans risque. Les preuves de santé publique démontrent que « les restrictions légales sur l'avortement n'entraînent pas moins d'avortements ni n'entraînent une augmentation significative des taux de natalité ». 12 Les directives de l'OMS précisent que « restreindre l'accès légal à l'avortement ne diminue pas le besoin d'avortement, mais est susceptible d'augmenter le nombre de femmes cherchant des avortements illégaux et dangereux » ou d'augmenter le nombre de femmes voyageant pour obtenir un avortement sûr dans d'autres pays, ce qui « coûte cher, retarde l'accès et crée des inégalités sociales ». 13 De même, les données de l'OMS montrent que « les lois et politiques qui facilitent l'accès à l'avortement médicalisé n'augmentent pas le taux ou le nombre d'avortements ». 14

Dans de nombreux pays, l'avortement est stigmatisé, entouré d'attitudes négatives et souvent néfastes. La stigmatisation est vécue à la fois par ceux qui cherchent à avorter et par les prestataires de soins d'avortement et crée un obstacle important à l'accès à l'avortement sans risque. 15

L'OMS a souligné que « les services d'avortement devraient être intégrés au système de santé […] pour reconnaître leur statut de services de santé légitimes et pour protéger contre la stigmatisation et la discrimination des femmes et des prestataires de d'une manière qui respecte la dignité d'une femme, garantit son droit à la vie privée et est sensible à ses besoins et perspectives. 16

Les directives de l'OMS soulignent que « les lois et politiques sur l'avortement doivent protéger la santé des femmes et leurs droits humains » 17 et que les États doivent adopter des réglementations et des politiques complètes pour garantir que les femmes peuvent accéder à des soins d'avortement sans risque. 18 L'OMS a spécifiquement souligné que de telles « politiques devraient viser à :

  • respecter, protéger et réaliser les droits humains des femmes, y compris la dignité, l'autonomie et l'égalité des femmes;
  • promouvoir et protéger la santé des femmes, en tant qu'état de complet bien-être physique, mental et social ;
  • minimiser le taux de grossesses non désirées en fournissant des informations et des services contraceptifs de bonne qualité, y compris un large éventail de méthodes contraceptives, une contraception d'urgence et une éducation sexuelle complète ;
  • prévenir et lutter contre la stigmatisation et la discrimination à l'égard des femmes qui sollicitent des services d'avortement ou un traitement pour des complications liées à l'avortement ;
  • réduire la mortalité et la morbidité maternelles dues aux avortements à risque, en veillant à ce que chaque femme ayant droit à des soins d'avortement légaux puisse accéder à des services sûrs et rapides, y compris la contraception post-avortement ;
  • répondre aux besoins particuliers des femmes appartenant à des groupes vulnérables et défavorisés, tels que les femmes pauvres, les adolescentes, les femmes célibataires, les femmes réfugiées et déplacées, les femmes vivant avec le VIH et les victimes de viol. 19

Les États devraient également veiller à ce que les femmes qui demandent des soins d'avortement puissent choisir parmi différentes méthodes d'avortement fondées sur des preuves. L'OMS a souligné que « le respect du choix d'une femme parmi différentes méthodes d'avortement sûres et efficaces est une valeur importante dans la prestation des services de santé. Bien que le choix des méthodes reflète la capacité du système de santé, même les systèmes de santé les plus limités en ressources devraient être en mesure de fournir des méthodes médicales et une aspiration manuelle sous vide. » 20 « Les méthodes médicales d'avortement se sont avérées sûres et efficaces. » 21 Elles permettent également d'économiser des ressources pour les systèmes de santé.

Nous exhortons respectueusement les membres du parlement slovaque à rejeter ces propositions législatives restrictives et toute autre proposition susceptible d'entraver l'accès rapide des femmes à des soins d'avortement sécurisé, de compromettre leur santé et de porter atteinte à leurs droits humains.

Cordialement,

Docteur Jeanne Conry Président de la FIGO

Les références

  1. Návrh skupiny poslancov Národnej rady Slovenskej republiky na vydanie zákona o pomoci tehotným ženám .
  2. FIGO, Aborder les obstacles à l'avortement sans risque
  3. Organisation mondiale de la Santé, Avortement sans risque : Orientations techniques et politiques pour les systèmes de santé (2012), p. 94.
  4. Identifiant. à 94.
  5. Identifiant. à 9h.
  6. Organisation mondiale de la Santé, Avortement sans risque : Orientations techniques et politiques pour les systèmes de santé (2012), p. 96-97 ; voir aussi par exemple Rowlands S., Thomas, K. Mandatory Waiting Periods Before Abortion and Sterilization: Theory and Practice. Journal international de la santé des femmes 2020 : 12, 581.
  7. Organisation mondiale de la Santé, Avortement sans risque : Orientations techniques et politiques pour les systèmes de santé (2012), p. 96.
  8. Identifiant. à 96-97.
  9. Identifiant. à 95.
  10. Identifiant. à 97.
  11. Messages clés de la Faculté des soins de santé sexuelle et reproductive, du Collège royal des obstétriciens et gynécologues, du RCOG et de la FSRH sur l'avortement sécurisé
  12. Organisation mondiale de la Santé, Avortement sans risque : Orientations techniques et politiques pour les systèmes de santé (2012), p. 90.
  13. Identifiant. à 90.
  14. Identifiant. à 90.
  15. Messages clés de la Faculté des soins de santé sexuelle et reproductive, du Collège royal des obstétriciens et gynécologues, du RCOG et de la FSRH sur l'avortement sécurisé
  16. Organisation mondiale de la Santé, Avortement sans risque : Orientations techniques et politiques pour les systèmes de santé (2012), p. 64.
  17. Identifiant. à 9h.
  18. Identifiant. à 98.
  19. Identifiant. à 98.
  20. Identifiant. à 67 ans.
  21. Identifiant. à 42.