Demande la suspension du maillage transvaginal

Des appels sont en cours pour que l'utilisation du maillage transvaginal soit suspendue pendant qu'un audit complet des complications qui ont été signalées est effectué.

Image
female doctor typing patient notes

Des groupes de consommateurs de produits de santé ont demandé que les procédures controversées qui utilisent l'intervention médicale soient suspendues après qu'un cabinet d'avocats ait annoncé un deuxième recours collectif. En Australie, six groupes de santé des consommateurs des États et territoires se sont réunis pour s'opposer à l'utilisation continue du maillage transvaginal tandis que Slater et Gordon se penchent sur la situation. Un rapport accablant a été publié à la suite d'une enquête du Sénat en Australie récemment, ce qui met plus de pression sur ceux qui appliquent des procédures avec le matériel. Les complications courantes de l'accouchement, y compris le prolapsus des organes pelviens et l'incontinence urinaire à l'effort, sont souvent traitées par l'insertion du dispositif, environ 150 000 femmes les ayant en Australie seulement. Mais ce n'est pas seulement l'Australie où le maillage transvaginal est utilisé et il y a eu des cas de recours collectifs aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni également. La controverse est survenue à la suite de complications parfois mortelles signalées par des femmes qui ont ressenti une douleur intense après avoir ajusté un maillage transvaginal. Dans l'enquête du Sénat, il a été suggéré que le maillage ne soit utilisé qu'en dernier recours après que d'autres options, y compris la physiothérapie, aient été essayées à la place. D'autres problèmes sont apparus, notamment le fait que les médecins n'ont pas toujours obtenu un consentement pleinement informé avant d'entreprendre la procédure et qu'il est impossible de voir dans quelle mesure les effets indésirables sont importants, car les femmes les ont signalés sur une base volontaire. Les recommandations formulées par le Sénat sont qu'un audit des procédures de maillage transvaginal soit effectué par la commission australienne sur la santé et la sécurité et qu'un registre national des complications soit établi. Melissa Fox, PDG de Health Consumers Queensland, a déclaré:

"Ces dispositifs continueront d'être implantés chez les femmes dans les hôpitaux de toute l'Australie demain, et aucune autre femme ne devrait être involontairement soumise à cette intervention chirurgicale à enjeux élevés jusqu'à ce que nous soyons assurés de leur sécurité." ADNFCR-2094-ID-801845904-ADNFCR